Entretien Ventilateur de toit Easy Aero

De gauche à droite : Jeroen Rovers et Gertjan van der Veer avec le ventilateur de toit Easy Aero

ENTRETIEN AVEC GERTJAN VAN DER VEER SUR SON INNOVATION POUR LES FOURGONS

Gertjan van der Veer a mis au point le ventilateur de toit Easy Aero, un mode de ventilation unique des utilitaires. Comment est apparue l’idée de l’Easy Aero, comment a réagi le marché et… quelle est sa prochaine innovation ? Voilà quelques questions que nous aimerions lui poser…

Gertjan, comment vous est venue l’idée de l’Easy Aero ?

« L’assortiment d’Imbema comporte divers ventilateurs. Mécaniques, électriques, avec grille, sans grille, etc. et tous de marques réputées. Toutefois, tous ces modèles ont un point commun : un système d’aspiration par pièces rotatives. Ce système présente des faiblesses et nous souhaitions commercialiser une alternative. C’est ainsi qu’est apparue l’idée du ventilateur de toit Easy Aero. »

Quel est l’inconvénient des ventilateurs à pièces rotatives ?

« Les pièces mécaniques des ventilateurs autogires finissent pas casser. Cela peut être lié à divers facteurs, par exemple le contact de branches basses avec le véhicule. Un endommagement peut déséquilibrer le ventilateur. Cela s’entend, et se remarque, notamment par un bourdonnement ou une aspiration moins performante.

Il devrait y avoir un système plus performant, non ? C’est ce qui a motivé la commercialisation d’un nouveau ventilateur de toit. Une fois à sa table de dessin, Gertjan a décidé de résoudre par la même occasion deux autres problèmes courants. Le ventilateur de toit devait résister à l’eau et ne pas craindre un passage en station de lavage. De plus, il devait être possible de l’installer sur un véhicule à galerie, ce qui n’est pas le cas des modèles traditionnels.

À qui convient l’Easy Aero ?

« Il s’adresse à tout propriétaire d’un utilitaire. Le ventilateur est conçu pour ventiler le compartiment de chargement et pour évacuer l’humidité et les émanations. »

Pouvez-vous nous en dire plus sur le mode de fabrication de l’Easy Aero ?

Dès que le cahier des charges du ventilateur de toit Easy Aero a été dressé, nous nous sommes mis à le dessiner. Nous avons ainsi obtenu divers modèles en 3D, que nous avons ensuite testés en collaboration avec une entreprise spécialisée en calculs de mécanique des fluides numérique (CFD). Sur la base de ces tests, nous avons élaboré un prototype que nous avons ensuite testé dans la réalité, c’est-à-dire sur un véhicule. Lorsque tous les tests ont donné satisfaction, nous avons mis au point un modèle industriel dont l’esthétique a été particulièrement soignée. »

Comment le ventilateur de toit a-t-il été testé ?

« Nous avons tout d’abord lancé un calcul CFD sur les premiers dessins en 3D. Ces résultats nous ont permis d’affiner le modèle et d’aboutir finalement à un prototype. Nous avons posé ce dernier sur notre propre bus dans lequel nous avons installé une machine fumigène pour ensuite faire des essais à différentes vitesses. Des images vidéo du compartiment de chargement permirent d’analyser l’évolution du flux d’air dans le véhicule. Nous sommes également passés en station de lavage et avons filmé les points où de l’eau pouvait s’infiltrer dans le véhicule. Grâce aux résultats détaillés de cette étude, nous avons perfectionné notre produit. Nos efforts ne sont pas restés vains : le ventilateur est désormais homologué par l’association allemande Dekra.

Quels furent les plus grands défis pendant le développement du produit ?

Gertjan éclate de rire. « L’absence de pluie ! C’est pile au moment où nous voulions vérifier l’étanchéité du ventilateur, pendant l’été 2018, que nous avons eu l’été le plus chaud des trois derniers siècles. Nous étions prêts à passer à l’action, mais à cause de la sécheresse, nous n’avons pas pu procéder aux derniers tests. » M. Van der Veer poursuit : « Et puis tout à coup, il s’est mis à tomber des cordes. Je me revois en train de conduire en plein milieu de la nuit, avec mon ventilateur prototype sur le toit. »

Tout cela en a bien valu la peine. Le ventilateur de toit Easy Aero sera officiellement commercialisé à partir de la mi-février, mais plus de 200 unités ont déjà été vendues en vente anticipée. Et les 5 premiers utilitaires sont déjà équipés du prototype de l’Easy Aero. Qu’est-ce qui peut bien expliquer cet intérêt manifeste pour ce dernier venu dans le monde des ventilateurs de toit ?

Quelle a été, jusqu’à présent, la réaction la plus sympathique des clients ?

« Comment est-ce possible qu’un modèle si élégant soit également aussi fonctionnel ? C’est vraiment la réaction la plus sympa que nous ayons reçue jusqu’à présent à propos du ventilateur de toit Easy Aero. C’est fantastique, un lancement aussi prometteur. »

En quoi l’Easy Aero est-il si unique ?

« Grâce au système Push-Pull, l’Easy Aero fournit une puissante ventilation, visiblement meilleure que celle des modèles traditionnels. Et cela, sans nécessiter de bouche d’aération au sol. Ce dernier point est un atout de taille, car de nombreux entrepreneurs, propriétaires de leur utilitaire, hésitent à y faire des trous. Heureusement, cela n’est pas nécessaire. On évite ainsi tout risque d’endommager, entre autres, le pot d’échappement, les câbles et le système de freinage du véhicule. L’Easy Aero est facile à utiliser, à monter et à entretenir. »

Pour terminer, si vous aviez la possibilité de résoudre un « problème » en lien avec les fourgons, quel serait-il ?

« Je ferais en sorte que les paquets arrivent automatiquement à la porte de manière à ce que le chauffeur n’ait plus besoin de pénétrer dans le compartiment de chargement. »